CECI n'est pas EXECUTE Mondes américains : Axe 1 - Le politique à l’épreuve dans les Amériques des XVIe-XXIe siècle

Mondes Américains | Axes de recherches

Axe 1 - Le politique à l’épreuve dans les Amériques des XVIe-XXIe siècle

Coordinateurs : Yann Philippe (Univ. Reims), Clément Thibaud (EHESS) et Geneviève Verdo (Paris 1)

Cet axe se propose de prolonger les échanges intellectuels et les regroupements de chercheurs initiés au sein de l’axe « État, institutions et dynamiques sociales dans les Amériques, XVIIIe- XXIe siècle », tout en proposant un renouvellement thématique et en s’ouvrant à de nouvelles collaborations. Il vise à rassembler des historiens (modernistes et contemporanéistes) et des anthropologues autour de l’étude des pratiques politiques et des acteurs qui les portent, dans le cadre, façonné par les situations coloniales et impériales, puis post-coloniales et post-impériales des Amériques.

Ce projet s’inscrit dans un courant de recherches qui, depuis quelques années, s’attachent à redéfinir le champ du politique. S’inspirant des travaux s’inscrivant dans une démarche allant « du bas vers le haut » (« bottom up ») il se propose d’articuler les deux pôles ainsi identifiés du champ politique (le « haut » de la politique institutionnelle et le « bas » du politique dans sa dimension locale et parfois informelle), afin de reconstituer un cadre d’interprétation général à partir de données empiriques éparses. À ces fins, il s’agira d’opérer, d’un côté, une réouverture critique des modèles à partir desquels on pense le politique et, de l’autre, une réflexion sur les spécificités des pratiques politiques en terre américaine.

Prenant pour point de départ les instabilités à l’œuvre dans les pratiques politiques menées outre-Atlantique, les contraintes liées à la distance dans la gestion des territoires, ou la politisation de certaines pratiques sociales, la démarche proposée consiste à étudier le fait politique dans sa mise à l’épreuve, c’est-à-dire à partir de l’expérience qu’en font les acteurs, dans ses manifestations officielles aussi bien qu’ordinaires ou diffuses. Elle part du principe que ces phénomènes d’adaptations et de réélaborations constituent la trame ordinaire des pratiques et permettent de mieux comprendre la fabrique du politique. Le projet s’inscrit ainsi dans les renouvellements qui mettent l’accent sur la redéfinition des frontières du politique, la diversité de ses registres, la variété des modes d’interaction entre gouvernants et gouvernés et la pluralité des conditions effectives de l’exercice de l’autorité. En se fondant sur des études contextualisées, il se propose de mettre l’accent sur les écarts entre les projets et la réalité effective de leur application, et sur les diverses formes d’appropriation du politique de la part des acteurs.
Cette réflexion sera construite autour de deux catégories : l’expérimentation et l’exception. Ces deux catégories ne sont pas réductibles l’une à l’autre, dans la mesure où l’exception ne résulte pas toujours d’une expérimentation et, qu’à l’inverse, l’expérimentation ne produit pas toujours de l’exception. L’une et l’autre présentent cependant l’avantage, en partant des pratiques, de penser le rapport entre la pluralité et la norme. Celle-ci sera ainsi questionnée sans être posée a priori, ce qui permettra d’éviter l’effet de surplomb, inhérent aux approches par le haut (« top down »), qui prennent la norme (législative, institutionnelle ou discursive) comme point de départ pour interroger les pratiques. (...)
 

Voir la présentation complète de l'axe

 

Membres de l’axe


Statutaires:
Nicolas Barreyre (CENA-EHESS), Véronique Boyer (CRBC-EHESS), Arnaud Exbalin (ESNA-Université Paris Nanterre), Pilar González Bernaldo (CRALMI, Université Paris 7), Nikita Harwich (ESNA-Université Paris Nanterre), Romain Huret (CENA-EHESS), Annick Lempérière (CRALMI-Université de Paris 1), Edgardo Manero (CERMA–CNRS), Yann Philippe (CENA-Université Reims), Pierre Ragon (ESNA-Université Paris Nanterre), Patricia Sampaio Silva (CRBC–EHESS), Clément Thibaud (CERMA-EHESS), Geneviève Verdo (CRALMI- Université Paris 1).


Doctorants et docteurs :
María Elvira Alvarez Gimenez (CRALMI), Camille Amat (CENA), Marie Assaf (CENA), María Agustina Barrachina (CERMA), Thibault Bechini (CRALMI), Barthélémy Bilette de Villemeur (ESNA), Pauline Bilot (CRALMI), Lise Blanchet (CENA), Alexia Blin (CENA), Tamara Boussac (CENA), Doris Brossard (CENA), Juan José Carillo Nieto (CRALMI), Cédric Coignard (ESNA), Juan Manuel Corvalan Espina (CERMA), Ombelyne Dagicour (CRALMI), José Davim (ESNA), Irène Delcourt (CENA), Emmanuel Falguières (CENA), Jefrey Gamarra Carrillo (CERMA), Christian Garcia Casas (CERMA), Felipe Gracia Perez (CERMA), Gautier Garnier (CRALMI), Victoria Gonzalez Maltes (CENA), Carlos Guevara (CRALMI), Ana Maria Jimenez Guevara (CERMA), Fanny Malègue (CENA), Laurine Manac’h (CERMA), Gaspard Matton (CRALMI), Alvaro Mayagoitia (CRALMI), Alejandra Motis (CRALMI), Antoine Nseke Misse (CENA), Serge Ollivier (CRALMI), Andrea Otero Perdomo (CRALMI), Jimmy Andrés Parra (CRALMI), Anaximandro Perez Espinoza (CERMA), Victor Pineda (ESNA), Eugenio Quesada Rivera (CERMA), Nicolas Raulin (CENA), Aïda Rodriguez-Leuro (CERMA), Andrés Rolandelli (CERMA), Matias Sanchez Barberan (CERMA), Romy Sanchez (CRALMI), Maria Agostina Saracino (CRBC), Hélène Solot (CENA), Frédéric Spillemaeker (CERMA), Lisandro Tanzi (CERMA), Nicolas Terrien (CERMA), Alexandre Uche (CRALMI), Ercole Zamba Zamba Roch (CRALMI).
 

Associés :
Angela Ballone (université Paris Ouest), Sonia Birocheau (Université Paris Est Créteil), Laura Brondino (Université de Lille 3), María Teresa Calderón Pérez (Universidad Externado de Colombia), Philippe Castejon (université de Lille), Maud Chirio (Université de Marne-la-Vallée), Manuel Covo (University of California Santa Barbara), Humberto Cucchetti (Centro de Estudios e Investigaciones Laborales-CONICET), Elsa Devienne (CRE- Université Paris Ouest), Marianne González Alemán (Institut Ravignani UBA- Conicet/Untref), Simon Grivet (docteur EHESS), Véronique Hébrard (Université de Lille), Jean-Paul Lallemand-Stempak (docteur EHESS), Yann Lignereux (Université de Nantes), Pilar López Bejarano (Université Pompeu Fabra, Barcelone), Nicolas Martin-Breteau (université de Lille), Eugenia Palieraki (Université de Cergy-Pontoise), Pauline Peretz (Université Paris 8), Emmanuelle Perez-Tisserant (FRAMESPA-Université de Toulouse Jean Jaurès), Lissell Quiroz-Pérez (Université de Rouen), Alexandre Rios-Bordes (Université Paris-Diderot), Veronica Vallejo Flores (docteure Paris 1).
 

EHESS
CNRS
Paris Sorbonne
Paris Ouest Nanterre la Défense

flux rss  Actualités

Gilles Havard et Denis Laborde, médaillés d'argent 2020 du CNRS

Prix et distinctions -Gilles Havard et Denis Laborde ont tous deux reçu les médailles d'argent 2020 du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), qui distingue des chercheurs et des chercheuses pour l'originalité, la qualité et l'importance de leurs travaux, reconnus sur le plan nation (...)(...)

Lire la suite

Louisiane coloniale, empire français et esclavage atlantique

Journée(s) d'étude - Vendredi 21 février 2020 - 16:00Mondes Américains vous convient à la Journée d'études :« Louisiane coloniale, empire français et esclavage atlantique »Organisée par Gilles Havard (CNRS-Mondes Américains) et Clément Thibaud (EHESS-Mondes Américains)Présidé par François-Joseph (...)(...)

Lire la suite

Les recensements au Brésil : perspectives historiques et défis actuels (1920-2020)

Journée(s) d'étude - Mardi 28 janvier 2020 - 09:00Changement de lieu : 54, bd Raspail 75006 ParisMardi 28 janvier :- 9h à 13h : Salle 15 au niveau -1- 14h à 17h30 : Salle B2-04 au 2e étageOutils essentiels pour les actions de l’Etat brésilien et pour leur évaluation, les recensements reflètent l (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Mondes Américains - UMR 8168
EHESS

54, boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 85
Fax : +33 (0)1 49 54 25 36


Communication :
T.  +33 (0) 1 49 54 24 33

Nous suivre sur Facebook