Membres | Doctorants

Jean-Baptiste Boissy

Photo JB Boissy
Centre(s) de rattachement : CERMA

Coordonnées professionnelles

Gilorange.jb[at]hotmail.fr

Thèse

Être ou ne pas être Muisca : métamorphoses spatio-temporelles des populations rurales de Boyacá, Colombie. Sous la direction d' Anath Ariel de Vidas.

 

Résumé

L’évolution des communautés paysannes de la cordillère centrale de Colombie, problématise à petite échelle les dynamiques identitaires qui traversent depuis plus de cinq siècles les sociétés rurales latino-américaines. Ces communautés, issus à l’origine de la société précolombienne Muisca, un peuple considéré comme une des grandes civilisations précolombiennes à l’arrivée des espagnols en 1537, se sont progressivement fondus dans le monde colonial espagnol pour « disparaître » officiellement en tant que population indienne au moment de l’indépendance colombienne. De là deux trajectoires diverges : d’un côté, la subsistance d’une culture paysanne et métis façonnée par l’histoire coloniale et de l’autre, l’émergence de nouvelles communautés dites néo-Muiscas à la faveur du mouvement de reconnaissance des droits territoriaux indigènes à partir des années 1980. En croisant ces deux perspectives, nous poserons la question de la permanence d’une identité ethnique à travers le temps et l’espace et de la manière dont il est possible de saisir le monde Muisca en tant que sujet historique. D’un point de vue théorique, la recherche se portera sur les formes de saisie et de définition du sujet d’étude en anthropologie : en partant de la quête identitaire néo-muisca comme révélateur d’une territorialité particulière, il s’agira de s’interroger sur les formes d’évolution, de transformation et de réactivation d’une identité collective particulière à travers ses expressions territoriales spécifiques. Peut-on à ce titre considérer l’identité Muisca à travers une certaine continuité historique ou comme un dispositif relationnel qui se transforme et se redéfinit selon des contextes particuliers ?

L’analyse permettra d’envisager la trajectoire Muisca comme restauration consciente d’un devenir historique et de problématiser les relations entre monde paysan et monde indigène et néo-indigène. La présente thèse a pour objectif d’utiliser les concepts de temps et d’espace au-delà de leurs simples représentations culturelles comme autant de facteurs dynamiques de définition d’un être-au-monde particulier constitutifs de la dialectique identité/territorialité. Cette approche explorera les agencements relationnels qui organisent des continuités et des discontinuités dans les manières d’être ou ne pas être Muisca et de voir comment ces agencements peuvent se structurer et se systématiser au sein de cadres spatio-temporels qu’il s’agira de définir. Ce travail passera par la réalisation d’une étude ethnographique comparée de trois communautés rurales du département de Boyacá, de la systématisation des informations recueillies au sein d’une analyse qui privilégiera une approche méthodologique favorisant les jeux d’échelles et de perspectives entre différentes spatialités et différentes temporalités.
 


Mots-clés : Identité, territorialité, Muisca, espaces, temps

EHESS
CNRS
Paris Sorbonne
Paris Ouest Nanterre la Défense

flux rss  Actualités

Le Prix Lionel-Groulx 2020 a été attribué à Cécile Vidal (EHESS/Mondes Américains/CENA)

Prix et distinctions -Le Prix Lionel-Groulx 2020 de l'Institut d'histoire de l'Amérique française (Canada) a été attribué à Cécile Vidal (EHESS/Mondes Américains/CENA) pour son ouvrage : Caribbean New Orleans : Empire, Race, and the Making of a Slave Society, Williamsburg et Chapel Hill, Omohund (...)(...)

Lire la suite

Le prix de la recherche SAES/AFEA 2020 a été attribué à Cécile Vidal (EHESS/Mondes Américains/CENA)

Prix et distinctions -Le Prix de la recherche SAES/AFEA (Société des anglicistes de l’enseignement supérieur/Association française d’études américaines) 2020 a été remis en visioconférence lors de l'assemblée générale de l'AFEA à Cécile Vidal pour son ouvrage : Caribbean New Orleans : Empire, Ra (...)(...)

Lire la suite

Le Prix de la Fondation Martine Aublet 2020 a été décerné à Gilles Havard (EHESS/Mondes Américains/CENA)

Prix et distinctions -Le Prix de la Fondation Martine Aublet 2020, en collaboration avec le musée du Quai Branly - Jacques Chirac, a été remis à Gilles Havard le lundi 5 octobre 2020 au musée du Quai Branly - Jacques Chirac pour son livre L’Amérique fantôme. Les aventuriers francophones du Nouve (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Mondes Américains - UMR 8168
EHESS

54, boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 85
Fax : +33 (0)1 49 54 25 36


Communication :
T.  +33 (0) 1 49 54 24 33

Nous suivre sur Facebook