Actualités du laboratoire | 2014

 

Soutenance de thèse de Diogo Cunha "Les intellectuels conservateurs entre le culturel et le politique: l'Académie Brésilienne des Lettres pendant la dictature militaire (1964-1979)"

Jeudi 6 novembre 2014, à 9h, Sorbonne, salle J. Baptiste Duroselle, Galerie Dumas

Le CRALMI et Mondes Américains sont heureux de vous inviter à la

Soutenance de thèse de doctorat de Diogo Cunha

Les intellectuels conservateurs entre le culturel et le politique: l'Académie Brésilienne des Lettres pendant la dictature militaire (1964-1979)

 
Jeudi 6 novembre 2014, à 9h
A la sorbonne, salle J. Baptiste Duroselle, Galerie Dumas
1 rue Victor Cousin, Paris 5e
 
 
Jury
• Pascal Ory, Professeur, Université Paris I – Panthéon Sorbonne, président du jury
• Daniel Aarão Reis Filho, Professeur, Université Fédérale Fluminense
• Maria Helena Rolim Capelato, Professeur, Université de São Paulo, rapporteur
• Olivier Compagnon, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, rapporteur
• Annick Lempérière, Professeur, Université Paris I – Panthéon Sorbonne, directrice de thèse
 
Résumé:
Cette thèse porte sur les relations entre l’Académie Brésilienne des Lettres (ABL) et le régime militaire brésilien. L’objectif de cette étude est d’analyser dans quelle mesure cette institution – officiellement « apolitique » – put être une instance de légitimation pour la dictature militaire. Nous sommes revenus sur l’histoire de l’ABL depuis sa fondation, privilégiant son rôle dans le champ culturel brésilien dans les années 1960 et 1970. Elle formait à ce moment-là, avec l’Institut Historique et Géographique Brésilien (IHGB) et le Conseil Fédéral de la Culture (CFC) une « structure culturelle conservatrice », lieu de sociabilité des élites intellectuelles et politiques de droite et d’élaboration d’un discours conservateur. La prosopographie a permis de mettre en lumière un groupe d’intellectuels brésiliens tombés dans l’oubli pourtant très actif depuis le régime de Vargas jusqu’au coup d’État, ayant du pouvoir dans les médias et dans les réseaux qui facilitaient l’accès aux postes administratifs et politiques. Le quotidien de l’ABL va des cérémonies d’investiture, des visites que les académiciens recevaient, des hommages qu’ils rendaient, à la construction d’une mémoire des héros de la Nation et à l’exaltation de la Patrie. Les militaires se rendaient en grand nombre à chaque investiture, hommage ou commémoration de l’ABL ; réciproquement, lors des hommages et commémorations organisés par le régime, nombre d’académiciens étaient présents. Cette sociabilité entre les académiciens et les responsables de la dictature militaire contribua à légitimer le régime en place. Les académiciens s’engagèrent individuellement en faveur du régime, moins par une participation active dans l’appareil d’État que par l’élaboration et la diffusion d’un discours de légitimation fondé sur les grandes interprétations du Brésil des années trente, en particulier celles de Gilberto Freyre. Les données recueillies montrent que l’institution créée par Machado de Assis à la fin du XIXesiècle a concouru à légitimer le régime instauré en 1964. Cependant, cette légitimation ne s’est pas faite par une « collaboration » active mais plutôt par une forme de complicité. C’est le comportement de l’ensemble des membres de l’ABL, en particulier par le silence et différents degrés d’accommodation, par la proximité qu’ils avaient avec les représentants du régime, et par l’élaboration, la diffusion et la circulation d’un discours conservateur renforçant les notions de civisme et de patriotisme qui jouèrent le premier rôle dans ce processus.
EHESS
CNRS
Paris Sorbonne
Paris Ouest Nanterre la Défense

flux rss  Actualités

Le chiffre et la carte

Colloque - Jeudi 21 septembre 2017 - 09:30Le chiffre (le recensement, les enquêtes statistiques, les données, les artefacts comme le taux de chômage ou l’indice des prix) et la carte (les descriptions géographiques, les différents types de cartes, géologiques, topographiques, etc., leur soubasse (...)(...)

Lire la suite

L’État en Asie et aux Amériques : perspectives croisées

Journée(s) d'étude - Jeudi 15 juin 2017 - 09:00Aucun État, même dans le cas extrême où il est imposé de l’extérieur, ne peut valablement se penser en dehors des interactions sociales qui le font naître, le façonnent et en conditionnent le fonctionnement quotidien. En se concentrant sur les expér (...)(...)

Lire la suite

Quelle droite a pris le pouvoir au Brésil ?

Colloque - Mardi 30 mai 2017 - 09:00Ce colloque a pour objectif de proposer un éclairage historique sur la profonde rupture politique vécue par le Brésil au cours de l’année 2016, c’est-à-dire la conquête du pouvoir par une droite très conservatrice, via l’impeachment de la présidente Dilma Rous (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Mondes Américains - UMR 8168
EHESS

54, boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 85
Fax : +33 (0)1 49 54 25 36


Communication :
T.  +33 (0) 1 49 54 24 33

Nous suivre sur Facebook