Actualités du laboratoire | 2018

Cycle de conférences Caraïbes

Cycle de conférences Caraïbes

Rebecca J. Scott, Charles Gibson Distinguished University Professor of History & Professor of Law, University of Michigan, vendredi 22 juin de 14h à 18h, EHESS Paris 6e

Coordonné par Manuel Covo, Céline Flory et Romy Sánchez

Cycle de conférences Caraïbes
Coordonné par Manuel Covo, Céline Flory et Romy Sánchez

Ce cycle de conférences porte sur l’histoire régionale de la Caraïbe, et ce dans un temps long qui enjambe la frontière entre période moderne et période contemporaine. Il s'agit de remettre en cause les multiples fragmentations imposées par des lectures insulaires, coloniales ou nationales d’un espace aux dimensions variables dans le temps. La Caraïbe questionne la frontière entre Amérique du Nord et Amérique du Sud et invite à s’affranchir d’historiographies surdéterminées par les aires linguistiques (anglophone, hispanophone, francophone etc.). Une série de rencontres entre chercheurs venus de tous horizons permettra d'aborder ces questions de multiples points de vue.

***

Séance du Vendredi 22 juin 2018, de 14h à 18h – Salle AS1_23,
EHESS, 54 boulevard Raspail, Paris 6e

Rebecca J. Scott

Charles Gibson Distinguished University Professor of History
& Professor of Law, University of Michigan

Luisa Coleta and the Capuchin Friar: Slavery, Salvation, and the Adjudication of Status (Havana, 1817)

Cette présentation retrace deux "vies ordinaires au gré des empires", à l'époque de la révolution haïtienne : celle de Marie Louise Colette, née esclave dans une plantation de la Plaine du Nord de Saint-Domingue, et celle de Frère Félix Quintanar, un Capucin espagnol qui quitta Galveztown sur les rives du Mississippi quand la Louisiane cessa d'être espagnole. En 1796, Marie Louise Colette est une adolescente apeurée et enceinte qui s'embarque pour La Havane : mais peut-elle conserver sa liberté à Cuba ? La réponse semblait être négative. Durant les vingt années suivantes, Colette fut l'esclave de María Francisca Lorignac, une autre réfugiée qui avait payé son billet pour Cuba. Mais quand Frère Félix fut appelé pour donner les derniers sacrements à Colette sur son lit de mort, elle l'implora de transcrire le récit de son injuste retour à la condition d'esclave et de transmettre ses paroles à un juge, afin qu'un procès soit ouvert pour obtenir la liberté de ses filles. C'est à cette seule condition qu'elle accepterait l'extrême onction et pourrait alors reposer en paix. La portée de cette demande légale de Colette montre l'extrême incertitude qui fut celle des statuts après la révolution haïtienne, et nous offre un aperçu de cette diaspora haïtienne qui tenta d'assurer la liberté de sa descendance.

This talk traces two modest "lives lived across empires" in the era of the Haitian Revolution: that of Marie Louise Colette, born into slavery on an habitation on the Plaine du Nord of Saint-Domingue; and that of Friar Félix Quintanar, a Spanish Capuchin who left Galveztown on the Mississippi after the end of Spanish sovereignty in Louisiana. Having taken passage to Havana as a frightened (and pregnant) adolescent refugee in 1796, could Marie Louise Colette maintain her freedom in Cuba? The answer seemed to be ‘no’. For the next twenty years Colette was held as a slave by María Francisca Lorignac, a fellow refugee who had paid for her passage to Cuba. But when Friar Félix was called to administer the last rites at Colette's deathbed in Havana in December of 1816, she implored him to transcribe her narrative of unlawful enslavement and submit her words to a judge, in order to initiate a suit for freedom for her daughters. Only then would she accept final absolution and be able to rest in peace.The extensive legal inquiry triggered by Colette’s action reveals the deep indeterminacy of status that followed the Haitian revolution, and a fragment of the Haitian diaspora that came together to try to assure freedom for the children of one of their own.



EHESS
CNRS
Paris Sorbonne
Paris Ouest Nanterre la Défense

flux rss  Actualités

Pour une histoire transconfessionnelle des missions d’évangélisation  XVe-XXIe siècles : l’ouverture d’un chantier

Journée(s) d'étude - Vendredi 15 juin 2018 - 09:30Le Groupe d’histoire des missions d’évangélisation modernes s’engage dans le projet d’une histoire transconfessionnelle des missions d’évangélisation. Ce chantier novateur s’est longtemps heurté à des obstacles de taille :- géographiques, car les (...)(...)

Lire la suite

Pour une histoire transconfessionnelle des missions d’évangélisation  XVe-XXIe siècles : l’ouverture d’un chantier

Journée(s) d'étude - Vendredi 15 juin 2018 - 09:30Le Groupe d’histoire des missions d’évangélisation modernes s’engage dans le projet d’une histoire transconfessionnelle des missions d’évangélisation. Ce chantier novateur s’est longtemps heurté à des obstacles de taille :- géographiques, car les (...)(...)

Lire la suite

Les origines océaniques des révolutions atlantiques

École d'été - Lundi 04 juin 2018 - 10:00Ce séminaire d'été de cinq jours, qui réunit des spécialistes travaillant à la fois sur l'Atlantique nord et sud et sur l'Ancien et le Nouveau Monde, part d'une hypothèse centrale selon laquelle les pratiques politiques présentes sur les différentes rives (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Mondes Américains - UMR 8168
EHESS

54, boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 85
Fax : +33 (0)1 49 54 25 36


Communication :
T.  +33 (0) 1 49 54 24 33

Nous suivre sur Facebook