Ouvrages parus | 2016

Régimes nationaux d'altérité

Régimes nationaux d'altérité

États-Nations et altérités autochtones en Amérique latine, 1810-1950

Sous la direction de Paula López Caballero et Christophe Giudicelli (2016)
Rennes,  Presse Universitaires de Rennes, Collection Des Amériques,  [2016], 246 p.

Selon un schéma de pensée communément accepté, le phénomène étatique et national se situerait aux antipodes du phénomène autochtone. Les populations indiennes sont généralement conçues comme antérieures à l’État ou reléguées à sa marge, l’État étant pour sa part pensé comme le moteur de la modernité et de l’homogénéité nationale. Les travaux réunis dans cet ouvrage répondent au pari de réfléchir à ces deux phénomènes autrement. Partant d’études de cas précis – Mexique, Argentine, Paraguay, Colombie ou Bolivie – ils ébauchent collectivement une réflexion transversale autour de la définition d’un « autre interne » par rapport auquel se définit le sujet national hégémonique. La constitution de cet « autre interne » est contemporaine et indissociable de l’émergence progressive des identités nationales, comprise, à grands traits, entre l’indépendance des républiques latino-américaines, au début du XIXe siècle et le milieu du suivant.
Au lieu de prendre comme un fait établi l’antagonisme État-autochtones, il s’agit plutôt d’explorer comment le profil du sujet autochtone ainsi que la position d’altérité à laquelle il est associé, loin de rester immuable à travers le temps, est largement tributaire du contexte historique et, par là même, des articulations, conflictuelles ou consensuelles, avec les différents projets hégémoniques incarnés par l’État et ses « grammaires nationales ».Pour rendre compte du rapport intime entre processus d’étatisation, processus de nationalisation et processus d’altérisation, autrement dit, des régimes nationaux de l’altérité autochtone, les auteurs s’intéressent autant aux disciplines scientifiques qu’aux institutions, et aussi bien à la guerre qu’aux diverses modalités d’identification qui organisent depuis l’État la gestion de l’altérité.

Christophe Giudicelli est historien. Il est titulaire d’une chaire mixte CNRS-Université Rennes 2. Il dirige l’équipe CHACAL-CERHIO (UMR 6258).
Paula López Caballero, historienne et anthropologue est chercheuse à l’Université nationale de México (CEIICH-UNAM) et membre du CNRS (CERI-Sciences Po).


Avec le soutien du Cerhio de l’université Rennes 2.

Table des matières
Introduction


ISBN : 978-2-7535-4773-5
Fiche éditeur : http://www.pur-editions.fr/
EHESS
CNRS
Paris Sorbonne
Paris Ouest Nanterre la Défense

flux rss  Actualités

Le chiffre et la carte

Colloque - Jeudi 21 septembre 2017 - 09:30Le chiffre (le recensement, les enquêtes statistiques, les données, les artefacts comme le taux de chômage ou l’indice des prix) et la carte (les descriptions géographiques, les différents types de cartes, géologiques, topographiques, etc., leur soubasse (...)(...)

Lire la suite

L’État en Asie et aux Amériques : perspectives croisées

Journée(s) d'étude - Jeudi 15 juin 2017 - 09:00Aucun État, même dans le cas extrême où il est imposé de l’extérieur, ne peut valablement se penser en dehors des interactions sociales qui le font naître, le façonnent et en conditionnent le fonctionnement quotidien. En se concentrant sur les expér (...)(...)

Lire la suite

Quelle droite a pris le pouvoir au Brésil ?

Colloque - Mardi 30 mai 2017 - 09:00Ce colloque a pour objectif de proposer un éclairage historique sur la profonde rupture politique vécue par le Brésil au cours de l’année 2016, c’est-à-dire la conquête du pouvoir par une droite très conservatrice, via l’impeachment de la présidente Dilma Rous (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Mondes Américains - UMR 8168
EHESS

54, boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 85
Fax : +33 (0)1 49 54 25 36


Communication :
T.  +33 (0) 1 49 54 24 33

Nous suivre sur Facebook