Membres | Doctorants

Mariana Broglia de Moura

Mariana Broglia de Moura
Centre(s) de rattachement : CRBC
Laboratoire(s) de rattachement : Mondes américains

Sujet et direction de thèse

La formation de l’Etat prohibitionniste brésilien : émergence et développement des dispositifs fédéraux de régulation et de contrôle de stupéfiants (1936-1988), sous la co-direction de Mônica Raisa Schpun et Benoît de L'Estoile, EHESS (Labex Tepsis Centre Maurice Halbwachs et CRBC).

Résumé

Cette thèse se propose d’étudier, à la croisée de la sociohistoire et de l’histoire politique, le rôle de certaines institutions fédérales, actives entre 1936 et 1988, dans l’élaboration du prohibitionnisme en matière de stupéfiants au Brésil. Le cas brésilien nous permettra d’aborder plusieurs questions générales à propos du prohibitionnisme en matière de drogues qui apparaissent au Brésil de manière particulièrement saillantes. D’une part, sa capacité à s’établir et se maintenir dans des régimes politiques très différents, de sorte à définir une doctrine relativement malléable de gouvernement de drogues qui peut être investie ensuite par un ensemble de stratégies politiques. D’autre part, le cas brésilien permet de saisir un aspect essentiel du prohibitionnisme, trop souvent réduit à un simple dispositif d’interdictions et de répression : ses effets « productifs » et « créateurs » : il produit de nouvelles catégories d’État, renforce des savoirs et des institutions ; instaure, à travers la définition des usages et acteurs légitimes, un système de monopoles et d’autorisations. Ces dimensions sont particulièrement sensibles au Brésil où, jusque dans les années 1970, le système prohibitionniste est assuré par la Comissão Nacional de Fiscalização de Entorpecentes dont l’une des opérations principales est précisément la « fiscalização », c’est-à-dire le partage entre usages, produits et acteurs légitimes, qu’on soumet à des normes, des régulations et des prélèvements et à qui on distribue des autorisations ; et usages, produits et acteurs illégitimes, qui font l’objet de mesures de police. On rejoint ici des questions touchant à la sociologie des professions (puisque ce processus est intimement lié au renforcement des professions médicales et pharmaciennes sur la même période), la sociohistoire et l’ethnographie de l’État (puisqu’il s’agit d’étudier comment des groupes sociaux accèdent à la légitimité pour opérer des actes d’État et produire des catégories d’État). Cette perspective nous permettra de rejoindre ainsi certains enjeux contemporains concernant la remise en cause du prohibitionnisme non pas tant au nom d’arguments médicaux et centrés sur les usagers, mais d’arguments économiques centrés sur la production, la commercialisation autant que l’usage, qui mettent au premier plan les ressources fiscales et les possibilités de contrôle de la qualité des produits liées à une remise en cause de certaines interdictions.

Mots clés : prohibitionnisme ; prohibition des drogues ; contrôle et régulation de stupéfiants ; socio-histoire et ethnographie de l’État

EHESS
CNRS
Paris Sorbonne
Paris Ouest Nanterre la Défense

flux rss  Actualités

Représenter la guerre : la production artistique des anciens combattants de la Force expéditionnaire du Brésil (FEB) dans la Seconde Guerre mondiale

Conférence - Lundi 24 avril 2017 - 12:00Si la participation active du Brésil dans la Seconde Guerre mondiale en envoyant environ 25 000 soldats au front de bataille en Italie est un événement encore peu connu du grand public, y compris au Brésil, la production culturelle résultant de cette parti (...)(...)

Lire la suite

De la race en Amérique (latine)

Journée(s) d'étude - Vendredi 24 mars 2017 - 13:45Depuis plus d’une décennie, l’usage du mot « race » par les historiens soulève de nombreux débats. Notion polysémique, la race, utilisée comme catégorie autochtone ou comme concept analytique, semble pourtant être au cœur des renouvellements hist (...)(...)

Lire la suite

Des « révoltes indiennes » aux « émeutes autochtones »

Colloque - Jeudi 09 mars 2017 - 09:30Le terme de « révolte » ou de « rébellion » a souvent prévalu pour qualifier de manière indistincte toutes sortes de soulèvements des populations indiennes dans le contexte de la colonisation européenne – espagnole, portugaise, française ou britannique – ou, (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Mondes Américains - UMR 8168
EHESS

54, boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 85
Fax : +33 (0)1 49 54 25 36


Communication :
T.  +33 (0) 1 49 54 24 33

Nous suivre sur Facebook