Membres | Jeunes docteurs

Maria Elvira Alvarez Gimenez

Maria Elvira Alvarez
Jeunes docteurs
Discipline : Histoire
Institution(s) de rattachement : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre(s) de rattachement : CRALMI

Coordonnées professionnelles

alvarez.mariaelvira[at]gmail.com

Sujet et direction de thèse

Les femmes dans la sphère publique en Bolivie de la fin de la guerre du Chaco à la Révolution Nationale (1935-1952). Sous la direction de Annick Lempérière, Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne.

Thèse soutenue le 5 décembre 2018.

Jury

M. Luc Capdevila (Professeur des Universités, Université de Rennes 2)
Mme Véronique Hébrard, (Professeur des Universités, Université de Lille)
Mme Catherine Heymann (Professeur des Universités, Université de Nanterre)
Mme Annick Lempérière (Professeur des Universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directrice de thèse)
Mme Geneviève Verdo (Maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)


Financements
: Contrat d’ATER à l’université du Havre de 2015 à 2016, Contrat d’ATER à l’université Paris 1 de 2014 à 2015, Contrat doctoral de 2011 à 2014.


Résumé

L’époque qui va de la fin de la guerre menée contre le Paraguay, appelée Guerre du Chaco, en 1935, à la Révolution Nationale conduite par le MNR (Mouvement Nationaliste Révolutionnaire) en 1952 est une période de bouleversements majeurs pour la Bolivie au niveau politique, économique, social et culturel. Ce conflit qui aboutit à une défaite catastrophique pour le pays marqua le point de départ de l’écroulement du système de gouvernement oligarchique qui avait été en place dans le pays depuis la fin du XIXe siècle et qui explosa finalement avec la Révolution de 1952. Dans l’historiographie sur cette période ne sont mentionnées les femmes ni le rôle qu’elles peuvent avoir joué dans les sphères politique et publique à ce moment d’effervescence politique où des secteurs de la population qui avaient été invisibles auparavant acquirent une visibilité et un poids politiques. C’est précisément le cas des femmes qui émergèrent après la guerre en tant qu’actrices politiques d’importance que ce soit à travers le féminisme, le syndicalisme, ou encore les mobilisations catholiques et civiques. L’objectif de ma thèse est donc de rendre compte du rôle décisif que les femmes jouèrent dans les sphères publique et politique pendant cette période cruciale de l’histoire de la Bolivie.

Mots-clés : femmes, Bolivie, sphère publique, féminisme, participation politique des femmes, Guerre du Chaco, Révolution Nationale de 1952

EHESS
CNRS
Paris Sorbonne
Paris Ouest Nanterre la Défense

flux rss  Actualités

Fleuves et sols affectés – Territoires et expériences des milieux dans les conflits et catastrophes écologiques

Journée(s) d'étude - Lundi 11 février 2019 - 09:30L’appréhension des crises écologiques tend aujourd’hui à se faire autour de notions totalisantes, comme celle du climat, qui constituent des opérateurs de globalisation des relations entre sociétés et environnements. Ces notions appellent des for (...)(...)

Lire la suite

Colloque ALTER « Histoires orales alternatives dans la Caraïbe (19ème-21ème siècles) »

Colloque - Lundi 19 novembre 2018 - 14:00Le programme de recherche ALTER « Histoires orales alternatives dans la Caraïbe (XIXème-XXIème siècles) » a réuni à partir de janvier 2015 une équipe de chercheurs ayant en commun de travailler, à partir de la Caraïbe, sur les processus de formations soci (...)(...)

Lire la suite

Colloque ALTER « Histoires orales alternatives dans la Caraïbe (19ème-21ème siècles) »

Colloque - Mardi 20 novembre 2018 - 09:00Le programme de recherche ALTER « Histoires orales alternatives dans la Caraïbe (XIXème-XXIème siècles) » a réuni à partir de janvier 2015 une équipe de chercheurs ayant en commun de travailler, à partir de la Caraïbe, sur les processus de formations soci (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Mondes Américains - UMR 8168
EHESS

54, boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 85
Fax : +33 (0)1 49 54 25 36


Communication :
T.  +33 (0) 1 49 54 24 33

Nous suivre sur Facebook