Membres | Docteur.e.s // Post-doctorant.e.s

Pauline Bilot

Photo Pauline Bilot
Centre(s) de rattachement : CRALMI

Coordonnées professionnelles

paulinebilot[at]gmail.com

Soutenance de thèse de Pauline Bilot

L’État aux champs.
L’administration de justice rurale au Chili (1824-1875)

réalisée sous les directions de Mme Annick Lempérière (Université Paris 1 / CRALMI)
et de Mme Sol Serrano (Universidad Católica de Chile)

Lundi 6 mai 2019, à 14h en Sorbonne
Salle J-B. Duroselle
(entrée recommandée par le 14 rue Cujas 75005 Paris)


Composition du jury :

• M. François Godicheau (rapporteur), Université Jean-Jaurès,
Toulouse
• Mme Annick Lempérière (co-directrice), Université Paris 1/CRALMI
• Mme Élvira López (rapporteur), Universidad Católica de Chile
• Mme Sol Serrano (co-directrice), Universidad Católica de Chile
• Mme Geneviève Verdo, Université Paris 1/CRALMI


Résumé

Au Chili, au XIXe siècle, les inspecteurs et les sous-délégués étaient les fonctionnaires qui rendaient justice aux plus bas échelons, à savoir respectivement dans les districts et les sous-délégations qui composaient la République. Ils étaient nommés par le gouverneur du département parmi les hommes sachant lire et écrire et dotés d’une certaine indépendance économique et d’une bonne réputation sociale. L’immense majorité n’avait aucune formation en droit ni même de connaissances juridiques : il s’agissait de juges legos, en opposition aux avocats des universités, les letrados. Ils instruisaient, uniquement à l’oral, des procès de montant minime et mineur ainsi que, dans le cas des sous-délégués, des affaires criminelles légères ; en d’autres termes, les procès les plus courants et les plus nombreux. En outre, ils assumaient des prérogatives administratives et policières larges, cumul unique de fonctions qui les rendaient responsables de l’ordre public dans leur circonscription. Tout ceci, sans aucune rémunération ni gratification de la part de l’État : il s’agissait en effet de charges honorifiques, assumées gratuitement. 

Descendants directs des « juges de campagne » de l’époque coloniale, les inspecteurs et les sous-délégués témoignaient d’une justice flexible et pluraliste dans ses sources, capable de s’adapter aux spécificités locales et individuelles. Or, depuis les réformes bourboniennes de la fin du XVIIIe siècle, la justice tendait à se rigidifier pour faire de la loi du souverain une source unique et exclusive, écartant peu à peu les autres sources du droit, comme la coutume, l’équité, la liberté d’interprétation du juge. Loin de rompre avec cet héritage, le XIXe siècle renforça au contraire cette « pétrification juridique » avec la codification qui mit en place « l’empire de la loi ». Parallèlement, le courant constitutionnaliste aboutit à la redéfinition des relations sociales au nom de la souveraineté populaire et d’institutions politiques débouchant sur des administrations modernes. Ainsi, la culture juridique et politique qui prit force au Chili après l’indépendance s’appuyait sur des concepts tels que la division des pouvoirs et le positivisme légal.
 

Mots-clés : Chili, XIXe siècle, espace rural, administration de justice, transition juridique, inspecteurs, sous-délégués, justice lega.


Pour en savoir plus

EHESS
CNRS
Paris Sorbonne
Paris Ouest Nanterre la Défense

flux rss  Actualités

Louisiane coloniale, empire français et esclavage atlantique

Journée(s) d'étude - Vendredi 21 février 2020 - 16:00Mondes Américains vous convient à la Journée d'études :« Louisiane coloniale, empire français et esclavage atlantique »Organisée par Gilles Havard (CNRS-Mondes Américains) et Clément Thibaud (EHESS-Mondes Américains)Présidé par François-Joseph (...)(...)

Lire la suite

Les recensements au Brésil : perspectives historiques et défis actuels (1920-2020)

Journée(s) d'étude - Mardi 28 janvier 2020 - 09:00Changement de lieu : 54, bd Raspail 75006 ParisMardi 28 janvier :- 9h à 13h : Salle 15 au niveau -1- 14h à 17h30 : Salle B2-04 au 2e étageOutils essentiels pour les actions de l’Etat brésilien et pour leur évaluation, les recensements reflètent l (...)(...)

Lire la suite

L’Association des brésilianistes européens (ABRE) a choisi l’EHESS pour son prochain congrès Abre II

Échos de la recherche -L’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) recevra, du 18 au 21 septembre 2019, le IIe congrès de l’Association des brésilianistes en Europe (Abre). Un premier rassemblement, beaucoup plus modeste, avait eu lieu à l’université de Leyde il y a deux ans. Il avait (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Mondes Américains - UMR 8168
EHESS

54, boulevard Raspail
75006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 85
Fax : +33 (0)1 49 54 25 36


Communication :
T.  +33 (0) 1 49 54 24 33

Nous suivre sur Facebook